Les matériaux à activation alcaline ne sont pas des Géopolymères?

De nombreux scientifiques et ingénieurs en génie civil confondent l’activation alcaline avec les géopolymères, générant de la confusion, les prenant pour des synonymes sans même comprendre ce qu’ils sont.

En résumé: les Matériaux à Activation Alcaline (AAM) ne sont PAS des Polymères, donc ils ne peuvent pas être appelés Géo-Polymères. Les géopolymères ne sont PAS une sous catégories des AAM parce qu’ils ne sont pas une alternative à l’hydrate de calcium, la chimie est radicalement différente. Ceux qui prétendent que les deux termes sont synonymes font la promotion d’une croyance scientifique trompeuse. Apprenez pourquoi en regardant les deux vidéos ci-dessous.

Dans ses deux récentes conférences plènières Keynote aux Geopolymer Camp 2014Geopolymer Camp 2015 et Geopolymer Camp 2016, Prof. J. Davidovits a expliqué pourquoi les matériaux à activation alcaline ne sont pas des Géopolymères, ou plus simplement pourquoi la simple activation alcaline n’est pas la géopolymèrisation. Nous avons sélectionné en une seule vidéo les différentes séquences traitant de ce problème. Ces deux nouvelles vidéos (en anglais) se trouve dans la partie en langue anglaise de notre site à: Why Alkali-Activated Materials are NOT Geopolymers. Vous comprendrez, enfin, pourquoi il y a en fait deux systèmes distincts.

Partie 1 : Les AAM ne sont pas des polymères, donc ils ne peuvent pas être appelés « Géo-Polymères »

Le professeur Joseph Davidovits souligne le fait que les Matériaux à Activation Alcaline (AAM) ne sont pas des polymères, de sorte qu’ils ne peuvent pas être appelés « géopolymères ». Il présente ce que les scientifiques écrivent maintenant sur cette question. Ils sont tombés d’accord, avec l’appui de faits prouvés, qu’il est scientifiquement faux d’utiliser les termes AAM et géopolymères comme synonymes, et les gens doivent cesser de le faire. Parce que le ciment géopolymère n’est pas un dérivé du CSH, certains scientifiques établissent que l’application de la terminologie CSH dérivée du ciment Portland est non seulement inappropriée, mais aussi que les appeler NASH et KASH sont totalement faux. Ceux qui utilisent et propagent délibérément ce jargon trompeur passe à côté de la compréhension des véritables réactions chimiques qui se produisent réellement (jamais d’hydrate ni d’un gel, mais un polymère), ce qui entraîne des interprétations confuses.

 

Partie 2 : Les AAM ne sont pas des polymères, deux systèmes différents

Prof. J. Davidovits explique les principales différences entre AAC (Alkali-Activated Cement or Concrete), AAS (Alkali-Activated Slag), AAF (Alkali-Activated Fly Ash) et le Ciment Géopolymère à base de laitier, du point de vue chimique, structure moléculaire, durabilité à long-terme. Dans la seconde partie, en se basant sur le développement industriel des ciments/bétons géopolymères à base de laitier/cendres-volantes, mis en place par la société australienne Wagners, il donne comme exemple les tests comparatifs de carbonatation sur le ciment Portland, l’AAS et le EFC (ciment géopolymère à base de laitier/cendres-volantes). Ces tests furent réalisés par le Royal Melbourne Institute of Technology RMIT en Australie. Le Géopolymère se comporte comme le ciment Portland, alors que l’AAS obtient de très mauvais résultats au test de carbonatation.

 

Partie 3: Mise au point sur toutes les idées fausses et affirmations publiées

Le professeur J. Davidovits fait une mise au point sur toutes les idées fausses et des affirmations écrites par plusieurs spécialistes des matériaux activés alcalins (utilisant à tort le mot « géopolymère » à des fins marketing à la place d’AAM) et aveuglément imité par d’autres. Il explique pourquoi c’est un véritable polymère avec une chimie bien connue et comprise (par opposition à ceux qui prétendent que c’est un « gel » de caractère inconnu), retrace l’historicité et la découverte de la chimie des géopolymères, les apports réels de Glukhovsky et ce qu’il a vraiment écrit sur les géopolymères, sa large gamme de réelles applications industrielles qui va bien au-delà du ciment fabriqué à partir de déchets…